2 milieux naturels d'importance menacés dans l’ouest de l’île de Montréal

Le pire est à craindre à Senneville pour deux milieux naturels d'importance.

D'abord, un projet de construction dans le boisé LB Person menace l'entièreté de cette parcelle boisée de 5 hectares. Cette forêt mature, dominée par le chêne rouge et l’érable rouge, abrite un milieu humide. Il est aussi un corridor faunique déterminant pour les oiseaux de lisière ainsi que pour certains petits mammifères. Malgré cela, ce boisé fait l’objet d'un projet de développement de faible densité. Dans le contexte de révision du schéma d'aménagement et des objectifs à respecter définis dans le PMAD, il est plus qu’urgent d'exiger du promoteur de proposer un nouveau projet permettant la conservation de la plus grande partie possible de ce territoire important pour la nature en ville.

D'autre part, une parcelle de 26 hectares est présentement mise en vente par la Société immobilière du Canada. Cette zone inclut tout l’ancien terrain de golf situé au nord du chemin de Senneville, du côté ouest de la Forêt McGill. On y retrouve des arbres matures indigènes de forte taille comme le chêne rouge, l’érable rouge, le peuplier deltoïde et d’autres naturalisés ou plantés en rangées. Un cours d’eau intermittent provenant de la Forêt McGill est aussi présent dans cet habitat, qui contribue à la diversité des paysages et des habitats, à la biodiversité en offrant à la faune de nombreuses opportunités de déplacement, d’alimentation et de reproduction. La protection de cet espace permettrait d'agrandir l'écoterritoire de Senneville ainsi que de maintenir le lien écologique entre la forêt et le lac des Deux-Montagnes.

Google plus LinkedIn Twitter print