Rue Sainte-Catherine Ouest: la DSP propose un scénario avec son regard santé et sécurité des usagers

Dans le cadre de la consultation publique « Sainte-Catherine Ouest s’ouvre à vos idées », la Direction de santé publique (DSP) souligne dans son mémoire qu’aucune des 4 options soumises à ladite consultation ne permet des améliorations notables au plan de la qualité de l’air, de l’augmentation de l’activité physique et de la réduction des traumas routiers.

Ainsi, d’un point de vue de santé publique et de développement durable, la DSP adopte une position affirmée pour une piétonnisation permanente du corridor Sainte-Catherine Ouest, compris entre les rues De Bleury et Atwater, incluant une offre en transport collectif bidirectionnel de surface pour améliorer la qualité de l’air, augmenter l’activité physique et réduire les traumas routiers au centre-ville de Montréal. Cette position est aussi celle de l’Alliance pour un nouveau partage de Sainte-Catherine, dont fait partie le CRE-Montréal.

Comment ne pas être d’accord avec une telle proposition ? Pour l’être il suffit de sortir de la vision qui a perduré depuis des décennies du tout à l’auto et surtout de sa suprématie par rapport aux autres modes de déplacement. Dans chaque moyen de transport, il y a une personne qui se déplace pour se rendre à une destination : pourquoi une plus que l’autre aurait préséance ? Toute personne qui a pour destination la rue Sainte-Catherine est un piéton, même un automobiliste. En le reconnaissant, on reconnaît aussi l’importance de rendre agréable et sécuritaire ce mode de déplacement.

Une voiture prend tellement plus de place qu’un piéton qu’on a l’idée fausse qu’il en passe plus du premier que du deuxième dans la rue (juste voir les chiffres).

Un autre mythe à démonter : les places de stationnement sur la rue Sainte-Catherine sont essentielles. Pourtant, non seulement elles ne représentent qu’une petites fraction de l’offre de stationnement dans le secteur mais en plus personne ne peut se targuer d’avoir l’assurance d’une place en face de sa destination. Encore une fois, l’automobiliste devient ici piéton.

L’idée ici n’est pas d’être contre l’automobile. Piétoniser Sainte-Catherine n’empêcherait en rien les automobilistes de se stationner dans les rues transversales (sur ou hors rue) et de profiter avec tous les autres usagers d’une rue Sainte-Catherine conviviale, animée, relaxe et sécuritaire.

Actuellement, les 2 tiers de la rues sont dédiées à l’auto (circulation et stationnement). Cherchons l’erreur !

Enjeux: 
Google plus LinkedIn Twitter print