Retour sur notre conférence «Est-il possible de désacraliser l’auto solo ?»

A quelques jours du Grand Prix du Canada, le Conseil régional de l'environnement de Montréal, en collaboration avec la Maison du développement durable, a tenu un panel qui s’est intéressé à la symbolique de l’automobile en 2016, a visé à initier une réflexion psychosociale, et ce, afin de mieux comprendre la dépendance irrationnelle à l’automobile. Il se voulait une réflexion créative afin de cerner, décortiquer et documenter la problématique de la dépendance à l’automobile (auto solo) et à identifier des pistes d’actions qui pourraient permettre de réduire son influence, voire de la contourner.

Ont été abordées les stratégies de lutte à l’auto solo sous le prisme des campagnes anti-tabac et d’une compréhension de la tendance moins dépendante à l’auto émergeant avec la génération Y. En parallèle, l’augmentation du parc automobile et du nombre de VUS a aussi été soulignée. Enfin, si le sémiologue Roland Barthes affirmait que "L'automobile : une création de notre époque, comme les cathédrales en leur temps", les grands projets d’infrastructures, et notamment celui de l’échangeur Turcot au coût de 4 milliards, apparaissent comme les projets phares de notre société et invitent à questionner le caractère sacré de l’automobile, pour laquelle on dépense sans compter.  

Pour consulter l’article du Journal Métro.

Enjeux: 
Google plus LinkedIn Twitter print