Une nouvelle responsabilité élargie des producteurs… aux frais de tous les contribuables

Le gouvernement a annoncé au début novembre un système pour récupérer les gros électroménagers mis au rebut, une bonne nouvelle tant pour un recyclage amélioré de ces produits de consommation que pour une gestion responsable des gaz nocifs que plusieurs renferment, des gaz à effet de serre puissants qui ne seront plus libérés dans l’atmosphère. La formule choisie est celle de la responsabilité élargie des producteurs (REP), tout comme les peintures et les appareils électroniques. 

Au lieu de demander aux fabricants et aux consommateurs d’en porter la responsabilité financière, le gouvernement a choisi de financer l’opération pour la première décennie, donc l'ensemble des contribuables. On rate ainsi l’occasion de responsabiliser les consommateurs en évitant d’exiger un écofrais à l’achat. C’est dommage, car une telle mesure permettrait de sensibiliser les acheteurs à l’impact du produit en fin de vie, permettrait qu’ils se questionnent sur la surconsommation, l’obsolescence et la réparation, et les responsabiliserait en regard de leur collecte et de recyclage. 

Pour que ce nouveau programme soit un succès en termes de remise en circulation de matières, il sera nécessaire d’assurer un suivi soutenu des actions mises en place par les producteurs pour récupérer et recycler les appareils et gérer les gaz réfrigérants contenus par certains d’entre eux (réfrigération, congélation et climatisation).

Google plus LinkedIn Twitter print