Mobilité active : Voir au-delà des barrières ferroviaires et autoroutières

bremillard@cremtl.qc.ca

Le 26 mai dernier, Christine Préfontaine-Meunier, chargée de projets, recherche et expertise de Vélo Québec ainsi que Michelle Brais, Kimberly Salt et Ivana Nedyalkova, candidates à la maîtrise de l’École d’urbanisme de l’Université McGill, et Blaise Rémillard, responsable Transport et urbanisme du CRE-Montréal, se sont réunis virtuellement pour présenter et discuter de l’enjeu de quartiers enclavés et des barrières autoroutières et ferroviaires dans une perspective de développement du transport actif dans l’agglomération de Montréal.

Vélo Québec : une méthodologie pour désenclaver les quartiers

S’intéressant à l’enclavement des quartiers, Vélo Québec a développé au cours des dernières années une méthodologie afin d’étudier l’ensemble des barrières physiques. Bien sûr la construction de nouvelles infrastructures pour franchir les réseaux autoroutiers et ferroviaires est considérée, mais aussi la qualité des franchissements actuels et l’aménagement adéquat du réseau artériel sont des considérations importantes pour permettre des déplacements actifs, sécuritaires et confortables pour tous.

Un guide pratique qui présente des pistes de solutions afin de contribuer au désenclavement de secteurs et d’y augmenter la part du transport actif peut être consulté au : https://www.velo.qc.ca/wp-content/uploads/2021/05/vq-secteurs-enclaves-et-mobilite-active.pdf

Les rapports produits jusqu’à maintenant sur les secteurs enclavés Cité de l’Acadie, Saint-Pierre, Hodge - Place Benoît, Saint-Raymond et Saint-Michel Nord peuvent être obtenus en contactant Vélo Québec.

Une analyse géospatiale des barrières autoroutières et ferroviaires 

À la demande du Conseil régional de l’environnement de Montréal, des candidates à la maîtrise de l’École d’urbanisme de l’Université McGill ont réalisé une analyse géospatiale de l’enjeu des barrières autoroutières et ferroviaires dans toute l’agglomération afin de tenter de déterminer quels sites avaient le meilleur potentiel pour accueillir de nouvelles infrastructures de franchissement.  

Au terme de leur analyse, les secteurs ont été priorisés selon trois méthodes :

Amélioration de l’accès aux services Efficience - amélioration de l’accès
pour le plus grand nombre de personnes
Équité - amélioration de l’accès pour
les secteurs ayant présentement le pire accès
Galeries d’Anjou Deguire/Jules-Poitras Dalle-parc Turcot
Dalle-parc Turcot Galeries d’Anjou Galeries d’Anjou
Viau/Boulevard Industriel Valdombre/Louis-Vanier Viau/Boulevard Industriel
Deguire/Jules-Poitras Viau/Boulevard Industriel Tecumseh/Delma
  Gare Ruisseau Côte-St-Luc
  Côte-St-Luc  

La discussion s’est terminée sur les limites de l’analyse géospatiale et la nécessité de compléter l’analyse par des études complémentaires ainsi que des consultations avec les populations concernées par ces projets afin d’assurer l’adéquation entre le développement des infrastructures et les volontés locales. On remarque que les sites des Galeries d’Anjou, Viau/Boulevard Industriel et Côte-St-Luc se distinguent selon les trois méthodes.

Pour (re)voir le webinaire

Contactez-nous pour obtenir le rapport complet (en anglais)

Google plus LinkedIn Twitter print