Agrandissement du L.E.S. de Lachenaie

Montréal, le 11 février 2004 - La décision du ministre de l’environnement d’autoriser l’agrandissement du site d’enfouissement de Lachenaie pour enfouir pour les cinq prochaines années encore plus de déchets que cela ne se fait actuellement, est un véritable recul pour l’environnement selon les Signataires du Rebut Global qui revendiquent depuis le début la mise en place de mesures significatives de réduction à la source, de réemploi, de recyclage et de compostage afin d’inverser la tendance actuelle si favorable à l’enfouissement. Le message clair qui passe par cette décision ministérielle c’est «continuons à enfouir toujours plus», «reportons à plus tard les décisions et les changements nécessaires au respect des objectifs de la Politique québécoise», et «le meilleur chemin pour nos matières résiduelles est celui de l’enfouissement».

La coalition est d’autant plus déçue de la décision de monsieur Mulcair qu’elle va totalement à l’encontre des conclusions du Bureau d’audiences publiques en environnement et des inquiétudes soulevées par des citoyens et des organismes à travers plus de cent mémoires et 11 pétitions. Le rapport de la Commission du BAPE sur le projet d’agrandissement du site d’enfouissement de Lachenaie concluait en effet que le projet était inacceptable, qu’il était également indispensable d’attendre l’adoption du Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) préalablement à toute décision dans ce dossier, et que par souci d’équité sociale une répartition des sites d’enfouissement sur le territoire de la CMM doit être mise en place. Le gouvernement québécois vient donc ouvertement de prendre la voie inverse.

Parce que le site d’enfouissement de Lachenaie reçoit 33 % des déchets municipaux de la CMM qui, tous secteurs d’activités confondus, représente la moitié des déchets produits au Québec, une autorisation d’agrandissement et d’augmentation des quantités à enfouir de 30 % pour ce site a donc des impacts importants pour la suite des choses concernant la gestion de nos matières résiduelles au Québec ; elle envoie clairement le message général que l’enfouissement reste roi en ce domaine et que les objectifs visés par la Politique québécoise ne seront pas poursuivis tels que prévus.

Les Signataires du Rebut Global ne peuvent donc qu’être opposés à la décision prise hier par le ministre de l’environnement du Québec et réaffirment que ce sont des mesures basées sur les 3R (réduction, réemploi et recyclage) ainsi que sur le compostage qui représentent le meilleur avenir pour les déchets que nous produisons puisqu’ils sont dans la plupart des cas de véritables ressources à introduire à nouveau dans le cycle de production et de consommation.

-30-

Pour information :
Robert Perreault – CRE-Montréal (514) 842-2890 #225
Karel Ménard - FCQGED (514) 396-2686
Michel Séguin - Réseau des ressourceries du Québec (RRQ) (514) 875-5869