Dépôt du rapport de la Commission sur le plan directeur de gestion des matières résiduelles de l’Agglomération montréalaise

Montréal, le 22 octobre 2008- Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) est satisfait des principales recommandations formulées dans le rapport déposé hier soir par la Commission permanente du Conseil d’agglomération sur l’environnement, le transport et les infrastructures sur le projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles (PDGMR) del’Agglomération de Montréal. En effet, l’accélération de la mise en place de mesures favorisant la réduction à la source, le réemploi, le recyclage et surtout le compostage, constituent le message principal du rapport.

« Ces mesures font l’unanimité et le message est clair : Montréal doit agir rapidement pour augmenter le taux de recyclage et de compostage» indique Coralie Deny du CRE-Montréal. « Ce qui nous réjouit le plus, c’est que d’après le rapport, l’installation d’unités de compostage et des éco-centres sur l’Ile suscite l’approbation générale. Le débat est maintenant clos et il est grand temps de passer à l’action ».

Par ailleurs, la valorisation des matières résiduelles étant une priorité pour le CRE-Montréal, l’organisme est ravi aussi de voir que la définition de résidus ultimes proposée par la Commission exclut toutes les matières pouvant être recyclées, réemployées et compostées. « Cette notion, qui a été galvaudée dans tous les rapports, est cruciale pour évaluer nos véritables besoins en matière d’élimination, » explique Coralie Deny. « Parce qu’il est tout à fait aberrant d’éliminer des ressources comme le papier, le plastique et les résidus de tables, qui peuvent servir de matières premières pour nos industries ».

Une autre recommandation importante émise par la Commission est la nécessité d’instaurer un fonds dédié à la gestion des matières résiduelles pour assurer une base de financement pour les actions reliées à ce dossier. Rappelons que l’Agglomération de Montréal dispose, en vertu du programme de redistribution des redevances à l’élimination des matières résiduelles, d’un montant accumulé de plus de 25 millions de dollars depuis le début du programme en 2006 et que ce budget devrait, selon la politique du gouvernement, être utilisé à cette fin.

Seule ombre au tableau, le CRE-Montréal regrette que la Commission n’ait pas clairement recommandé l’atteinte d’objectifs de récupération supérieur à 60% d’ici 2018, soit 10 ans après l’échéance de l’actuelle Politique québécoise.

-30-

Le rapport de la commission est disponible sur le site : www.ville.montreal.qc.ca/commissions

Renseignements :
Leïla Copti, 514.842.2890, #226, cell : 514.661.6134