Centres de traitement des matières organiques, enfin les sites au complet

Montréal, le 9 juillet 2014- Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) se réjouit de voir aujourd’hui le choix enfin arrêté pour les sites qui vont recevoir dans les prochaines années les infrastructures de compostage et biométhanisation. L’organisme considère que la métropole du Québec se doit d’être exemplaire dans le recyclage des matières organiques, résidus alimentaires et verts, qui prennent actuellement encore à près de 90% le chemin de l’élimination. Montréal est donc encore très loin de ses objectifs en termes de collecte de matières organiques sur son territoire, alors que l’échéance pour les atteindre est l’année prochaine.

Rappelons que ces infrastructures réparties sur le territoire vont permettre à moyen terme à l’ensemble des montréalaisES de poser un geste environnementalement et socialement responsable. Le nouveau site dans l’Est bénéficie d’une situation géographique intéressante puisque situé dans une zone industrielle, loin des résidences et adjacent à une bretelle d’autoroute.

Selon Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal, « avec le choix des sites finalisé, Montréal va enfin pouvoir passer à l’étape suivante : la construction des infrastructures. Il faut progresser dans ce dossier car nous sommes déjà en retard. La population montréalaise est prête à trier mais il faut lui offrir la collecte et donc l’endroit où aboutissent les résidus à transformer. Il faut arrêter de gaspiller ces matières et de les enfouir chez nos voisins.»

Le CRE-Montréal souhaite que l’Agglomération donne le plus rapidement possible le mandat à l’Office de consultation publique de Montréal pour que le processus de construction puisse s’enclencher en vue que les infrastructures soient opérationnelles en 2019.

« Avec ses deux sites de traitement des matières organiques, l’Est de Montréal a une formidable occasion de déployer un pôle d’industries vertes et donc de dynamiser son pôle d’emploi tout en respectant la qualité du milieu de vie de ses citoyens. On est loin ici des industries lourdes très polluantes à deux pas des résidences » ajoute madame Deny.

Pour le CRE-Montréal, la mise en place dès 2015 des comités de suivis sera bénéfique pour une gouvernance transparente de ces infrastructures. Ces comités devront permettre à la société civile, incluant bien sûr les représentants de résidants locaux, d’adresser les inquiétudes soulevées quant au bruit, au camionnage, aux odeurs et de suivre la mise en place et en service des infrastructures, cela dans la perspective de gérer écologiquement les matières résiduelles organiques produites sur l’île de Montréal.

-30-

À propos du CRE-Montréal

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal, l'instance régionale en environnement, est un organisme à but non lucratif indépendant, consacré à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal. Par le regroupement et la concertation de ses membres, par ses activités de sensibilisation, de représentation publique et ses différents projets-action, il contribue à l’amélioration de la qualité des milieux de vie et de l’équité sociale sur l’île de Montréal. Pour en savoir plus : www.cremtl.qc.ca

Informations :

Aurore Tanier, chargée de communication et événements, CRE-Montréal
atanier@cremtl.qc.ca  
Cellulaire : 438.877.9117