Zéro déchet dans l’agglomération montréalaise : un pas dans la bonne direction selon le CRE-Montréal et Équiterre

Montréal, le 13 mai 2020 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) et Équiterre accueillent favorablement les recommandations de la Commission permanente sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs suite à la consultation publique sur le projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles de l’agglomération de Montréal 2020-2025 (PDGMR).

Nous tenons à saluer le travail des commissaires qui ont pris en compte des commentaires, recommandations et inquiétudes des participant.e.s à la consultation. Nos deux organisations y avaient d’ailleurs déposé un mémoire conjoint en janvier 2020. Nous sommes d’avis que les 52 recommandations viennent bonifier le projet de PDGMR et proposent des avancées très intéressantes.

Nous sommes enthousiastes par rapport aux bonifications proposées au PDGMR concernant, entre autres :

  • La volonté d'harmonisation et d’uniformisation des processus, des réglementations et des mesures entre tous les arrondissements et avec les villes liées ;
  • La définition d'objectifs et de priorités de détournement à l’élimination et non à l’enfouissement afin d’éviter l’incinération ;
  • L’instauration du « Programme zéro déchet » pour soutenir financièrement des initiatives locales zéro déchet dans les arrondissements ;
  • Le développement et la mise en oeuvre d’une stratégie de gestion des matières résiduelles spécifique aux grands parcs ;
  • La mise en place de projets pilotes pour bonifier les services offerts par les écocentres en favorisant le réemploi ainsi que le développement d’écocentres ponctuels pour en favoriser l’accessibilité ;
  • L’effort déployé pour une meilleure communication des actions et mobilisation des acteurs et citoyen.ne.s ;
  • La prise en compte des changements climatiques dans l’évaluation des mesures adoptées.

La mise en place de mesures d’écofiscalité avant 2025 est positive, et, malgré les réticences exprimées, nous considérons que l’implantation de la tarification incitative ne devrait pas être mise de côté. De plus, des réflexions sur l’imposition de frais pour les articles à usage unique devraient être intégrées pour accélérer la transition vers des alternatives réutilisables. 

Des précisions et clarifications à apporter

Malheureusement, selon nous, il reste encore plusieurs imprécisions ou omissions dans le document présenté. Nous enjoignons donc l'administration à rapidement statuer sur les recommandations et à élaborer un échéancier de mise en œuvre adapté à la situation de la pandémie actuelle de la COVID-19, qui ralentira ou même accéléra la mise en œuvre des recommandations.

« Le PDGMR doit absolument tenir compte du contexte de la pandémie afin que les gains des dernières années ne soient pas perdus. L'augmentation de l’utilisation d’articles à usage unique est très préoccupante, affirme Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre. Nous sommes d’avis que des pratiques sanitaires exemplaires n’excluent pas une gestion responsable des matières résiduelles. »

« La gestion des matières résiduelles est un élément clé de la transition écologique de l’agglomération montréalaise, souligne Emmanuel Rondia, directeur général par intérim du CRE-Montréal. En ce sens, les recommandations de la Commission apportent des éléments complémentaires très encourageants. Le défi sera maintenant d’assurer une mise en œuvre cohérente du PDGMR, ce qui passera par une révision de l’échéancier vu la situation actuelle, par la mise en place des mécanismes de suivi et d’évaluation de la performance des actions mises en œuvre et par l’adoption de budgets à la hauteur des ambitions du PDGMR. »

Rappelons que plus de 7 000 personnes avaient répondu au sondage sur la réduction à la source et le réemploi et plus de 90 mémoires et avis avaient été remis par des organisations et citoyen.ne.s lors de la consultation organisée par la Commission sur l'eau, l'environnement, le développement durable et les grands parcs durant l’hiver dernier.

 

--30--

 

Nous tenons à souligner la précieuse collaboration d’Amélie Côté, spécialiste en gestion des matières résiduelles de la Coopérative Incita, qui a partagé son expertise tout au long du processus de la consultation.

À propos du Conseil régional de l’environnement de Montréal

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal), l'instance régionale en environnement, est un organisme à but non lucratif indépendant, consacré à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal. Par le regroupement et la concertation de ses membres, par ses activités de sensibilisation, de représentation publique et ses différents projets-action, il contribue à l’amélioration de la qualité des milieux de vie et de l’équité sociale sur l’île de Montréal. cremtl.org

À propos d’Équiterre

Équiterre, un des principaux organismes environnementaux au Québec et au Canada, propose des solutions concrètes pour accélérer la transition vers une société où les citoyens, les organisations et les gouvernements font des choix écologiques qui sont également sains et équitables. equiterre.org

Pour plus de renseignements

Caroline Gosselin
Coordonnatrice des communications et événements
CRE-Montréal
cgosselin@cremtl.org 
514-842-2890, poste 3422
438-488-9264

Anthony Côté-Leduc
Relations médias
Équiterre
acoteleduc@equiterre.org
514 605-2000