Avis sur le projet Medicom - Golf Dorval

Partie du lot 20 d’Aéroports de Montréal

Le 24 août 2021, le CRE-Montréal a déposé un avis dans le cadre de la consultation publique menée par Aéroports de Montréal (ADM) au sujet du projet d’usine de la compagnie Meltech Innovation Canada (Medicom). Nous y avons fait valoir qu’il serait avisé de poser un moratoire sur ce projet d’usine (voir encadré orange sur l’image ci-dessous) ainsi que sur tout autre projet de développement industriel ou commercial sur les terres fédérales administrées par ADM, incluant l’entièreté du golf Dorval.

En raison de leur vaste superficie, du couvert végétal qui s’y trouve, de leur localisation avantageuse tout près de milieux naturels en voie de protection, de leur contribution indéniable à la biodiversité locale et de leur accessibilité favorisée par l’arrivée du REM, ces terrains présentent un fort potentiel de mise en valeur à des fins écologique et sociale. Dans un scénario où l’entièreté du golf Dorval (120 hectares) serait soustraite au développement pour être convertie en parc de conservation et parc récréatif, on obtiendrait, en complémentarité avec le parc écologique d’ADM (22 hectares), le futur parc-nature des Sources (29 hectares), la zone de conservation de l’Écocampus Hubert-Reeves (10 hectares) et la zone de conservation projetée sur les terrains de Morguard (10 hectares), un réseau interconnecté d’aires protégées totalisant plus de 190 hectares, au coeur de l’île de Montréal.

Par ailleurs, notons qu’ADM est tenue de se conformer à un outil appelé Plan d’utilisation des sols (voir document, chapitre 14). Dans la dernière itération de cet outil, le développement industriel est permis sur le terrain ciblé par Medicom. Cependant, le consensus social autour de l’urgence climatique, l’importance des grands espaces verts soulignée à grands traits pendant la pandémie de COVID-19 et les engagements fédéraux en matière de création de parcs en milieu urbain apportent un nouvel éclairage sur la meilleure utilisation possible de ces terres, ce qui sera sans doute pris en compte lors de l’actualisation imminente (2022-2023) du Plan d’utilisation des sols.

Tel que mentionné dans notre éditorial (hyperlien) de la présente infolettre, le CRE-Montréal appelle les candidats aux élections fédérales à demander un moratoire sur le développement des terrains fédéraux administrés par ADM d’ici la révision du Plan d'occupation des sols et à réaliser leur annexion au parc-nature des Sources.

Enfin, notre avis aborde un enjeu mis de l’avant par de nombreux citoyens : la disparition de plants d’asclépiade sur le site à développer et son incidence sur la reproduction du papillon monarque. À la lumière des échanges que nous avons eus avec des entomologistes et botanistes, nous comprenons que Medicom, si elle a le feu vert, devrait s’engager à planter de l’asclépiade en guise de compensation. Cette espèce de papillon revenant au même site d’année en année, il importera de vérifier avant tout le taux d’établissement du monarque sur le site à bâtir. S’il y est établi, la plantation compensatoire devra se faire dans un rayon maximal de quelques dizaines de mètres; dans le cas contraire, l’ensemencement de l’asclépiade pourrait se faire un peu plus loin - par exemple dans le parc écologique d’ADM.

Mots-clés :