Bilan du Plan Climat : Des premiers jalons et de grands chantiers pour les prochaines années

15 août 2022

Au début de l’été, la Ville de Montréal a publié le bilan du Plan Climat. Cette première reddition de comptes permet de constater que certains jalons importants ont été posés par l’administration mais également qu’il faudra redoubler d’efforts pour atteindre les cibles et les objectifs d’ici 2030.

Quelques faits marquants à souligner à la lecture de l’état d’avancement de la mise en oeuvre des 46 mesures du Plan : 

Réduction des émissions de GES 

  • Bien que les émissions de GES aient diminué de 26 % par rapport à 1990, on observe une stagnation depuis 2013. 
  • Au niveau de l’électrification des véhicules, la cible de 47 % des véhicules immatriculés électriques d’ici 2030 semble encore bien loin alors seulement 2 % des véhicules immatriculés sont électriques ou hybrides rechargeables. 
  • Une attention particulière a été portée au secteur du bâtiment cette année. L’adoption du règlement sur la divulgation et la cotation des émissions de GES des grands bâtiments ainsi que le dévoilement de la feuille de route Vers des bâtiments montréalais zéro émission dès 2040 sont des avancées encourageantes.  

Adaptation et résilience

  • Avec plus de 25 000 arbres plantés sur le domaine public (rues, ruelles, parcs, emprises) et 15 000 arbres sur le domaine privé grâce au travail des membres de l’Alliance forêt urbaine, le rythme de plantation permet de se rapprocher de l’objectif de 50 000 arbres par an. 
  • Au niveau de la protection du territoire, l’octroi du statut de Paysage humanisé projeté de l’île Bizard permet d’atteindre 8 % de superficie terrestre protégée. Il reste cependant encore près de 1000 ha à protéger pour atteindre la cible du 10 %. 

Mobilisation de la société civile

  • Le Partenariat Climat Montréal a connu une première année bien occupée. En plus des travaux des différents groupes thématiques (dont celui sur l’adaptation coordonné par le CRE-Montréal), le Sommet Climat Montréal a réuni plus de 400 personnes et a été l’occasion de plusieurs annonces importantes tant de la ville de Montréal que des organisations privées. 

Enfin, soulignons l’implantation du Test Climat au sein des processus décisionnels de la Ville qui permet d’assurer que les projets et programmes sont évalués selon la lunette climatique. Dans ce sens, nous espérons également que l’administration prendra en compte la recommandation que nous avions émise lors des consultations prébudgétaires de préciser aux prochains budgets et programmes décennaux d’immobilisations (PDI) les montants alloués pour les différentes mesures du Plan climat et identifier à quelle hauteur ces montants contribuent à l’atteinte des objectifs du Plan en faveur de la résilience climatique. Cette recommandation a d’ailleurs été reprise presque textuellement dans le rapport de la Commission sur les finances et l’administration. 

Des chantiers attendus

L’ensemble de la collectivité devra redoubler d’efforts dans les prochains mois et les prochaines années si nous voulons atteindre les cibles. Nous serons en particulier très attentifs dans les prochains mois aux avancées dans les dossiers suivants :  

  • L’implantation de nouvelles mesures afin d’agir rapidement sur la réduction des émissions de GES. Le bilan le souligne, la consommation de combustible fossile ne diminue pas et le gaz naturel occupe toujours une place importante. Un travail devra également être mené au niveau de la réduction de la part modale de l’auto-solo dont la cible est de -25 % d’ici 2030.
  • La Zone zéro émission était une des actions phare mise en évidence par l’administration lors du lancement du Plan. Nous suivrons de près la façon dont cette initiative va se déployer sur le terrain. 
  • En matière d’adaptation, le déploiement des pôles de résilience ainsi que l’opérationnalisation de la mesure sur le 10 à 15 % en adaptation dans le Plan décennal d’immobilisation sont attendus. 
  • La mise en œuvre du Plan directeur de gestion des matières résiduelles (PDGMR) sera également à suivre de près vu les impacts sur les émissions de GES qui accompagnent les mesures. Nous attendons entre-autres un premier bilan du PDGMR afin d’évaluer les avancées de l’agglomération et le chemin qu’il reste à parcourir pour atteindre le zéro déchet. 

De façon plus globale, le grand chantier sur la fiscalité sera une occasion à saisir pour accélérer la transition socio-écologique et énergétique via entre autres l’implantation de mesures d’écofiscalité. Nous serons heureux de contribuer aux réflexions à venir.

Mots-clés :