Les premiers indicateurs de l'état de l'environnement de Montréal

Le 8 novembre dernier, le Conseil régional de l'environnement de Montréal, en compagnie de monsieur Alan DeSousa, responsable du développement durable au comité exécutif de la Ville de Montréal, et de madame Sophie Labrecque, directrice générale du Fonds d'action québécois pour le développement durable, a présenté aux partenaires et aux médias le premier rapport sur les indicateurs de l'état de l'environnement de Montréal.

Se doter d'indicateurs, c'est accepter de mesurer le chemin à parcourir et le chemin effectivement parcouru; c'est confirmer le sérieux de l'engagement de la Ville et de tous ses partenaires dans l'atteinte des objectifs du Premier plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise. Se doter d'indicateurs connus et publics, c'est également reconnaître l'importance de mettre tous nos concitoyens dans le coup pour qu'ils deviennent eux aussi, et de plus en plus, acteurs du développement durable.

Le Conseil régional de l'environnement de Montréal a été associé dès le départ à cette démarche de la collectivité montréalaise. Il s'agit d'un premier plan, donc, d'une première version des indicateurs de développement durable. Le comité d'experts qui a présidé au choix et à la rédaction des indicateurs a réalisé un excellent travail si l'on prend en compte les nombreuses limites de ce premier exercice. Sans verser dans l'alarmisme, la publication de ces indicateurs nous rappelle la pertinence de nous être dotés d'un plan d'action et l'urgence toujours actuelle de tous nous mobiliser pour changer la situation.

Le principal mérite de cette première mouture d'indicateurs de l'état de l'environnement du Premier plan stratégique de développement durable, c'est justement d'enfin exister. Les indicateurs pourront dans l'avenir être davantage développés, certains devront être corrigés, mais ils sont là pour demeurer; et, avec eux, l'exigeante mais nécessaire démarche entreprise collectivement.