Le projet Griffintown et l'environnement

Dans le cadre des consultations publiques tenues dans l’arrondissement du Sud-Ouest, le CRE-Montréal a déposé son mémoire sur le projet de développement de Griffintown. En voici les principaux éléments.

Le CRE-Montréal tient tout d’abord à rappeler que ce projet de très grande envergure pour la métropole devrait faire l’objet de consultations publiques par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Les enjeux qui en découlent dépassent largement une lecture simplement locale pour en représenter une d’agglomération.

En termes de développement durable, le CRE-Montréal souhaite attirer l’attention sur le fait que ce projet soulève des enjeux environnementaux majeurs qui influenceront fortement, selon le choix qu’il sera fait, la qualité de milieu de vie que ce secteur offrira.

Le projet se doit d’être à l’avant-garde en matière de développement durable et donc favoriser l’innovation environnementale non seulement pour les bâtiments mais aussi pour l’ensemble du site ainsi que son intégration dans le quartier. Le promoteur et la Ville de Montréal détiennent  ici une occasion unique de réaliser une véritable vitrine en matière d’aménagement urbain d’envergure ancré dans les principes de développement durable d’aujourd’hui mais surtout de demain.

Favoriser l’utilisation des transports publics et réduire l’utilisation de l’automobile

Pour réduire significativement les impacts de la circulation automobile générée par le projet, le promoteur doit mettre en place une série de mesures et d’aménagements pour non seulement « favoriser les déplacements alternatifs à la voiture en augmentant le confort et le sentiment de sécurité des piétons et des cyclistes » tel que formulé par l’objectif 11 du concept d’aménagement mais également viser à RÉDUIRE L’UTILISATION DE L’AUTOMOBILE.

Le CRE-Montréal recommande donc :

  • L’adoption du principe et d’un objectif de réduction de l’utilisation de l’automobile par les non-résidants et les résidants pour accéder au secteur de Griffintown.
  • La réduction de 50 % des 8 000 nouveaux espaces de stationnement non-résidentiels et résidentiels.
  • La mise en place d’une tarification dissuasive et uniquement sur une base journalière pour les utilisateurs de stationnement.
  • L’aménagement d’espaces de stationnement réservés au covoiturage.
  • L’intégration de mesures d’apaisement de la circulation à toutes les intersections (rétrécissement de la chaussée, les avancées de trottoirs, les chicanes et les dos d’ânes). 
  • La mise en place de mesures financières incitatives à l’utilisation du transport en commun.

Des aménagements extérieurs qui donnent une place importante aux espaces verts publics

Le CRE-Montréal reconnaît que le projet considère les espaces verts. Toutefois, il apparaît que ce volet gagnerait fortement à être bonifié et précisé. Parce qu’une fois les bâtiments construits et la configuration des rues établie il sera impossible de donner plus de place à l’élément naturel, il est capital de prévoir en amont des travaux tout l’espace que l’on veut lui accorder.

Le projet tel que présenté ne fait que conserver le périmètre du parc existant sans préciser le type de réaménagement qui est prévu. Aucun autre espace vert ne semble prévu malgré la forte densité prévue pour le secteur. L’arrondissement compte 87 parcs locaux, représentant 17,75% du territoire de l’arrondissement et induisant 34,48m2 de parc/habitant. Or, le territoire couvert par ce projet est de 225 000m2 avec un seul parc de 6981 m2, représentant 3,1% de ce secteur. Sachant que 4000 résidences sont prévues, il apparaît évident que le ratio superficie de parc par habitant sera très en-dessous de celui de l’arrondissement actuellement et ne dépassera pas 1m2/habitant. Or, même un arrondissement fortement urbanisé atteint 5,08m2/habitant. La place accordée au zonage «parc» est donc trop faible.

Le CRE-Montréal recommande donc :

  • L’assurance que le nombre et la superficie des parcs de quartier répondent aux besoins actuels et futurs du secteur
  • L’engagement de planter un minimum d’arbres pour un gain net conséquent dans le secteur
  • L’engagement précis concernant la superficie totale de toiture verte
  • L’inclusion de murs végétalisés
  • Prévoir l’aménagement d’un jardin communautaire ou collectif
  • L’intégration d’approches innovatrices en matière de verdissement

Une gestion écologique des eaux de pluie et de l’eau potable

Par le fait que le développement du site va maintenir une forte minéralisation du sol dans un secteur où le réseau d’égout est combiné, il est important de mettre en place des mesures pour limiter la quantité d’eau de pluie récupérée pour être acheminée au réseau d’égout pluvial.

Le CRE-Montréal recommande donc :

  • L’intégration d’installations pour récupérer les eaux de pluie sur les toits
  • L’infiltration naturelle dans le sol optimisée
  • Le choix de systèmes permettant l’économie d’eau potable

Une gestion écologique des matières résiduelles

Parce qu’il va accueillir des milliers de personnes, résidants et travailleurs, et qu’il comprendra beaucoup de nouveaux bâtiments, il est indispensable que les immeubles du futur secteur Griffintown soient conçus de façon à permettre une gestion écologique des matières résiduelles. Le domaine public doit aussi faire l’objet d’aménagements également en conséquence.

Le CRE-Montréal recommande donc :

  • L’installation généralisée d’un mobilier pour la collecte des trois voies (déchets, putrescibles et recyclables) dans tous les bâtiments
  • L’installation du recyclage sur la voie publique.