Campagne Tous Piétons! : entrevue avec Jeanne Robin et Félix Gravel, co-porte-paroles de Piétons Québec

Tous Piétons! À la recherche des pas perdus.... est une campagne organisée par l'organisme Piétons Québec. Elle se tenait durant tout le mois d'octobre dans l'ensemble des régions du Québec. Envîle a demandé à ses deux porte-parole de nous en dire un peu plus sur cette initiative.

La campagne Tous piétons! c'est quoi?

JR: C’est une campagne de promotion de la marche et de la culture piétonne à l’échelle du Québec. Pendant tout le mois d’octobre, elle allie messages médiatiques et programmation d’activités dans quatre régions urbaines, soit Montréal, Québec, Gatineau et Trois-Rivières.

FG: La campagne se veut universelle et rassembleuse. L’idée phare est que nous sommes tous piétons. Beaucoup de gens marchent, dans les grandes villes comme dans les petites, les jeunes comme les aînés, il faut donc mieux tenir compte des besoins des piétons, et ce, partout.

Pourquoi cette campagne? Quels résultats en attendez-vous concrètement?

JR: La moitié des déplacements de moins d’un kilomètre sont actuellement faits en voiture. Nous voulons inciter les Québécois à saisir davantage les occasions de marcher au quotidien. Pour l’édition 2016, nous avons comme objectif de rejoindre 250 000 québécois, mais aussi susciter d’autres initiatives qui viendront nourrir la culture piétonne, idéalement pendant toute l’année.

FG: Notre souhait, c’est qu’au moins pendant un mois, on entende parler davantage de déplacements actifs que de congestion routière, qu’on parle positivement des piétons et pas seulement lorsqu’ils sont victimes d’une collision.

Au-delà de cette campagne positive, est-ce que Piétons Québec a d’autres priorités?

FG: Oui, bien sûr! Améliorer la sécurité des piétons est un impératif et nous espérons beaucoup de la Vision zéro victime que la Ville de Montréal s’est engagée à mettre en œuvre. Toutefois, dans sa forme actuelle, le plan d’action n’est pas encore suffisamment clair. Compte tenu de tous les travaux prévus pour les dix prochaines années, la priorité est de faire des réaménagements des opportunités d’améliorer les espaces réservés aux piétons. Non seulement de les rendre plus sécuritaires, mais aussi plus agréables.

JR: Nous travaillons aussi pour que les pratiques d’aménagements changent dans l’ensemble du Québec. Ce n’est pas normal que lors d’un chantier, un trottoir soit fermé sans préavis, sans qu’un passage alternatif soit aménagé pour les piétons. Certains chantiers sont exemplaires là-dessus et nous souhaitons qu’ils servent d’exemples. Il y a aussi place à l’amélioration, notamment pour l’aménagement des trottoirs et des intersections, autant pour la sécurité que pour le confort des piétons.

Enjeux: