Le Bois Angell à Beaconsfield toujours menacé de disparition

Le bois Angell, situé à Beaconsfield, est une forêt centenaire abritant un important milieu humide et ayant une grande valeur écologique par la richesse de ses espèces et sa diversité en communautés végétales. Le bois Angell est classé “écosystème forestier exceptionnel” par le ministère des Ressources naturelles et fait partie du corridor écoforestier de la rivière à l’Orme. Il est d’ailleurs inclus dans l’Atlas des bois de Montréal comme bois ayant une grande valeur écologique et a été reconnu comme bois d’intérêt métropolitain dans le Plan métropolitain d’aménagement et de développement.

Le bois Angell est toujours menacé de développement par ses propriétaires privés. L’Association pour la protection du bois Angell (APBA), créée il y a maintenant 15 ans, a récemment rallié les citoyens et les groupes d’intérêts afin de stopper un projet de développement de 500 + unités d’habitation.  L’APBA travaille continuellement auprès des divers niveaux de gouvernement pour assurer la protection à perpétuité du Bois Angell et de son corridor vert menant à Cap St Jacques.

Le CRE-Montréal ainsi que la Fondation David Suzuki ont dénoncé la décision municipale d’ouvrir la porte au développement immobilier dans le bois Angell situé sur son territoire. Dans le contexte où l’île de Montréal peine à atteindre 6 % d’aires protégées sur son territoire, et alors que le PMAD vise 17 %, il est inconcevable de laisser disparaître ce milieu naturel qui devrait devenir un parc pour l’ensemble de la population.

Mots-clés: 
Google plus LinkedIn Twitter print