Deux plages de Montréal fermées en raison de la qualité de l'eau

Deux plages de l'ouest de l'île ont été fermées dernièrement par la Ville de Montréal parce qu'elles ont été jugées impropres à la baignade par le Ministère de l'Environnement. Cette décision touche les plages du parc-nature du Cap-Saint-Jacques, dans l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro et du parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard. Alors que l’été et la période estivale s'amorcent, une telle annonce est bien malheureuse. D’un point de vue d’équité sociale, la population montréalaise, qui ne possède pas de chalet au bord d’un lac ou ne peut partir en vacances, utilise ces accès à l’eau locaux. Pour une métropole située sur une île, il est ironique de priver ses citoyens de ce rapport privilégié à l’eau. Et pour Montréal, ce n’est pas la première fois.

La pollution du fleuve contamine la nature (faune et flore) en rive et compromet les usages récréatifs. Les villes et les arrondissements doivent agir pour corriger les problèmes sur leur territoire à l’origine de cette situation : raccordements inversés, surverses par temps de pluie et fosses septiques défectueuses. Le maire de Montréal, avec la responsable au Comité exécutif du dossier de l’eau, Chantal Rouleau, ont annoncé il y a quelques mois leur volonté de corriger promptement la situation. Voici donc une très bonne raison pour mettre en application cette décision.

Service de l’eau, Service des parcs et espaces verts, Service de l’urbanisme, Service des travaux publics… la collaboration est essentielle dans ce dossier au sein de l’administration municipale, intra et inter arrondissements et villes.

Google plus LinkedIn Twitter print