Commission sur l’usage des Publisacs : enfin on passe à l’action

Bonne nouvelle! Le 5 décembre, la commission municipale chargée d’étudier la réglementation sur la distribution de matériel publicitaire, style Publisac, à Montréal a recommandé à l’unanimité une politique d’adhésion volontaire, dit opt-in. Avec ces recommandations, une fois appliquées, la Ville de Montréal sera en cohérence avec ses engagements vers le Zéro déchet.

Inverser le processus apparaît bien normal et on se demande pourquoi cela n’a pas été mis plus tôt. Les personnes désireuses de recevoir le Publisac doivent avoir la responsabilité de le demander ou de l’afficher. Cela ne devrait plus être aux personnes qui ne le veulent pas de faire l’effort de s’afficher comme tel, sinon elles se font imposées en quelque sorte un produit qu’elles ne désirent pas. Au 21e siècle, il est plus que temps que l’on soit collectivement plus responsable de notre consommation et que l’on arrête le gaspillage de ressources. 

Avec les Publisacs, c’est une occasion à ne pas manquer pour une agglomération qui propose dans son projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles (PDGMR) des objectifs ambitieux de réduction à la source. L’adoption des recommandations de la Commission permettrait à Montréal d’être en cohérence avec son PDGMR et la transition écologique qui guide l’Administration publique.

Parallèlement, nous pouvons trouver des alternatives pour rendre davantage disponibles les journaux locaux. Nous pouvons déployer à travers les quartiers des lieux de dépôt stratégique. Pensons à des présentoirs dans les bâtiments publics, les cafés, les entrées de métro, les centres d’achats locaux...

Google plus LinkedIn Twitter print