Un pas de géant vers la création du Grand parc de l’Ouest

Au début du mois de décembre, la mairesse de Montréal a annoncé l’acquisition d’un terrain de 140 ha dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro. Ce terrain, composé de friches agricoles et de milieux naturels, constitue une pièce maitresse du projet de Grand parc de l’Ouest qui à terme couvrira une superficie de 3 000 ha sur l’île de Montréal. C’est une victoire pour l’ensemble des acteurs engagés depuis de nombreuses années dans la protection des milieux humides et des friches agricoles de ce secteur. 

Par la suite, lors du la séance ordinaire du 16 décembre, le conseil municipal a adopté une déclaration pour assurer la protection et la mise en valeur du secteur ouest de l'Île-Bizard par l’obtention du statut de paysage humanisé. Par cette déclaration, la ville de Montréal :

  • réaffirme officiellement sa volonté de protéger et mettre en valeur la biodiversité, les paysages et les patrimoines du territoire couvert par le projet de paysage humanisé de L’Île-Bizard
  • demande au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette, de prioriser le dossier du projet de paysage humanisé projeté de L’Île-Bizard en vertu de la « Loi sur la conservation du patrimoine naturel »

Nous joignons notre voix à celle de la ville pour que ce dossier, qui mobilise la communauté depuis de nombreuses années, trouve une place prioritaire au sein du Ministère de de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Ces deux excellentes nouvelles nous poussent à voir encore plus grand avec la concrétisation de la vision du Grand parc métropolitain développée avec le CRE de Laval et le CRE des Laurentides au cours des dernières années. S’étendant d’Oka à Montréal en passant par Laval, ce projet de société est une occasion unique de renforcer la résilience de la CMM aux effets des changements climatiques, d’offrir à la population métropolitaine des opportunités uniques d’accès à la nature et pourrait conduire à terme à la création d’un sanctuaire d’eau propre sur une partie du lac des Deux Montagnes. 

Souhaitons-nous enfin, dans un souci d’équité territoriale, que de bonnes nouvelles similaires arriveront prochainement pour l’est de l’île.

Google plus LinkedIn Twitter print