La vocation verte du parc Jean-Drapeau doit être confirmée

Montréal, le 27 janvier 2003 - Une coalition formée de plusieurs organismes montréalais s’inquiète vivement d’apprendre que la Ville serait sur le point de vendre l’île Notre-Dame au gouvernement du Québec et cela sans souci de transparence. Échaudée par le précédent de la vente de la Ronde, la coalition tient à formuler quatre requêtes aux deux paliers de gouvernement. Premièrement, elle demande au maire de Montréal, monsieur Gérald Tremblay, de ne pas prendre une décision d’une telle ampleur quant à un actif et un patrimoine collectif aussi important sans avoir tenu au préalable une consultation publique pour connaître l’opinion des Montréalais sur cette question. Deuxièmement, la coalition s’oppose à tout démembrement du Parc Jean-Drapeau entre les mains de deux propriétaires différents. La coalition demande en outre que le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s’engagent formellement à garantir la vocation «verte» de l’île Notre-Dame et à rejeter tout nouveau développement qui vienne amputer les espaces verts du parc Jean-Drapeau. Quatrièmement, estimant que les projets d’expansion du Casino apparaissent de plus en plus comme totalement incompatibles avec la vocation de parc du site, la coalition, craignant la main-mise de cet organisme gouvernemental sur le site, demande des garanties à l’effet que cette transaction ne constitue pas dans les faits une acceptation tacite des projets d’agrandissement du Casino. Seule une telle garantie à long terme permettrait de ne plus avoir à s’inquiéter constamment pour le maintien de l’intégrité des espaces verts du parc.

Le Casino, comment en est-on arrivé là ?

L’arrivée du Casino en 1993 dans le parc Jean-Drapeau a peut-être été une erreur dès le départ car sa vocation est incompatible avec celle de parc. Ce qui est clair toutefois c’est que l’expansion des activités du Casino sur ce site pose problème. Il y a conflit d’usages et conflit de valeurs entre un lieu voué à la pratique du jeu et un parc orienté vers des activités récréatives visant la détente et les activités de plein air pour la population montréalaise. Comment concilier avec des espaces verts, la construction d’importants stationnements (en plein parc !), la circulation sur les îles de milliers de voitures et d’autobus 24 heures par jour et maintenant la proposition d’agrandir le casino, de construire un hôtel pour ses usagers, un monorail surélevé… ? L’empiétement du casino sur le parc semble sans fin. De plus, d’un point de vue culturel, le casino s’est installé dans des bâtiments représentant des éléments majeurs de notre patrimoine issu d’Expo67 : les pavillons de la France et du Québec.

Le parc Jean-Drapeau, un joyau inestimable

Le parc Jean-Drapeau, qui comprend les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, est un joyau magnifique et unique qu’il faut absolument conserver. Notre tout premier parc public à Montréal a d’ailleurs été créé dans l’île Sainte-Hélène en 1874. Situé en plein cœur de la ville et du Fleuve, le parc Jean-Drapeau offre à la population une panoplie d’activités de détente dans un décor de verdure grâce à son réseau de sentiers de randonnées; à ses pistes cyclables apportant sa contribution aussi au Réseau vert; à ses vues imprenables sur le Saint-Laurent et le centre-ville; à ses bassins, ses canaux et sa plage pour des activités aquatiques; à son patrimoine bâti important; à ses œuvres artistiques majeures et à ses lieux culturels marquants. Bien des villes du monde nous envieraient la possession d’un tel joyau, facilement accessible par le métro.

La végétation des îles est riche et variée dans le contexte urbain montréalais, que l’on parle des boisés de l’île Sainte-Hélène, des milieux humides, ou des jardins de l’île Notre-Dame. Situées dans le couloir migratoire du Fleuve, les îles représentent un site de nidification, de reproduction, d’alimentation et de repos pour beaucoup d’espèces d’oiseaux (près de 250 observées). De nombreuses espèces de poissons et des frayères ont été observées à proximité des berges dans les eaux du Saint-Laurent. Cette richesse écologique fait des îles un lieu fréquenté par de nombreux pêcheurs et ornithologues.

Le parc Jean-Drapeau, un lieu visité par plus d’un million de montréalais

Pour tous ceux et celles qui n’ont pas les moyens de s’offrir un chalet ou un séjour à la campagne, dans la nature, les îles proposent une alternative essentielle pour les camps de jour pour les enfants, une plage pour toute la famille, des pistes de marche, de course, de bicyclette, des piscines, un bassin pour l’aviron, des jardins aux plantes bien identifiées, jusqu’à la Biosphère, seul musée de l'eau en Amérique qui se dédie tout particulièrement au fleuve Saint-Laurent et aux Grands Lacs.

Des garanties

C’est pourquoi plusieurs organismes et citoyens, préoccupés de la sauvegarde des espaces verts du parc et de leur accessibilité pour l’ensemble de la population, demandent des garanties quant au maintien et à l’intégrité de la vocation de parc public du parc Jean-Drapeau et d’autre part le renforcement de son statut vert et ce, conformément aux orientations qui ont fait consensus en 1993. Pour eux, il faut lever le secret qui entoure les négociations actuelles, rendre tout le dossier public et donner aux Montréalais l’occasion de dire ce qu’ils en pensent grâce à une consultation publique. La création de la Société du Havre de Montréal ne devait-elle pas fournir un lieu de discussion et de cohérence pour toute décision relative aux rives, aux îles et au Vieux-Montréal ? Pourquoi alors précipiter une décision de cette importance sans débat public et sans vision d’ensemble de l’avenir?
 

- 30 -

Information :
Robert Perreault CRE-Montréal 842-2890 poste 222

Membres de la coalition :

  • Coalition des Amis des Îles
  • Coalition Verte
  • Comité de l'environnement du SCFP301 (Syndicat des Cols bleus de Montréal)
  • Comité des citoyens de la Cité-du-Havre
  • Conseil régional de l’environnement de Montréal
  • Héritage Montréal
  • Regroupement des organismes propriétaires de milieux naturels du Québec (RMN)
  • Société de biologie de Montréal
Mots-clés: