Stratégie d’électrification des transports 2021-2023

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) salue la publication de la Stratégie d’électrification des transports 2021-2023 de la Ville de Montréal. Faisant le pont entre la précédente stratégie (2016-2020) et le futur Plan d’urbanisme et de mobilité 2050 (PUM) dont l’adoption est prévue en 2023, cette stratégie de 3 ans s’inscrit dans les efforts nécessaires à l’atteinte des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la ville tout en maximisant les retombées positives pour la population et le secteur économique de l’électromobilité.

Résolument ancrée dans la mobilité durable, la Stratégie priorise d’abord l’efficacité énergétique, puis l’électrification des transports collectifs, de l’autopartage et l’accessibilité des sites de recharges pour les personnes à mobilité réduite, avant les incitatifs à la possession d’une voiture électrique privée. La part du lion de cette stratégie va donc, de raison, à la STM qui devra entre autres mettre ses installations à niveau afin de permettre l’acquisition de bus 100 % électriques d’ici 2025.

La stratégie fait également état d’une réflexion de la ville, à poursuivre, sur le déploiement des bornes de recharge dans les quartiers centraux. Répondant ainsi partiellement aux préoccupations du CRE-Montréal sur l’accaparement du domaine public pour la recharge de véhicules privés, la ville entend déployer divers moyens pour favoriser une partie de la recharge hors rue et améliorer l’intégration paysagère des installations de recharge. Ces éléments sont incontournables afin de réussir l’électrification sans défigurer la ville et dégrader l’expérience des piétons et cyclistes.

«Le compte à rebours vers la fin de la vente de véhicules à essence en 2035 est lancé, a déclaré Blaise Rémillard, responsable Transport et Urbanisme du CRE-Montréal. Avec cette stratégie, la ville de Montréal affirme sa position de leader de l’électromobilité sans pour autant escamoter les questions importantes ou le faire au détriment des modes les plus écologiques comme la marche et le vélo.»

Cette stratégie ne fait pas non plus l’économie de l’exemplarité de la ville dans ses politiques d’achats. Le CRE-Montréal salue la décision de remplacer toutes les sous-compactes par des sous-compactes électriques et de privilégier les véhicules électriques pour le remplacement de tout autre véhicule, lorsqu’une alternative existe.  

Le rôle du secteur privé, incontournable dans l’économie de l’électromobilité, est aussi souligné ainsi que l’exigence prochaine d’électrifier les stationnements de tous les nouveaux édifices résidentiels à l’aide du PUM. Sur ce dernier point, pour le bien des résidents qui devront passer à l’électromobilité dans les prochaines années, le CRE-Montréal demande aux arrondissements de procéder plus promptement par l’ajout d’un règlement recommandé par Hydro-Québec et l’AVÉQ afin d’arrêter de construire des immeubles qui ne sont pas adaptés à l’automobile électrique.

-30-

A propos du Conseil régional de l’environnement de Montréal

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) est un organisme de bienfaisance indépendant, consacré à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal depuis 1996. Par le regroupement et la concertation de ses membres, par ses activités de sensibilisation, de représentation publique et ses différents projets-action, il contribue à l’amélioration de la qualité des milieux de vie et de l’équité sociale sur l’île de Montréal. www.cremtl.org

Pour plus de renseignements

Blaise Rémillard
Responsable transport et urbanisme
CRE-Montréal
514-880-4997