Vision vélo 2023-2027 : une vision de mobilité efficace, équitable et écologique qui va bien au-delà du vélo

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) se réjouit de la Vision vélo 2023-2027 présentée ce mardi par la Ville de Montréal. Avec une ambition rehaussée pour le réseau structurant des pistes cyclables, cette vision intégrée inclut la sécurisation du réseau piétonnier, le développement du transport collectif et l’amélioration de la qualité des milieux de vie et d’affaires. Dépassant largement le cadre spécifique du vélo, elle constitue une réponse concrète aux enjeux d’abordabilité, de mobilité et d’action climatique de la Ville de Montréal. En s’étendant sur les 5 prochaines années, elle assure également une prévisibilité de la transformation du réseau routier, au bénéfice de l’ensemble des usagers. 

« Pour déplacer de plus en plus de personnes dans un réseau routier déjà saturé et qui a besoin de travaux de réfection majeurs, augmenter l’espace dédié aux transports actifs et collectifs est vraiment la chose à faire. C’est peut-être contre-intuitif, mais transformer une voie de circulation en piste cyclable ou en voie pour bus permet de déplacer 5 à 10 fois plus de personnes dans le même espace. Économiquement aussi c’est gagnant. Avec une inflation annuelle de 8,7% dans le secteur des transports, faciliter les modes de déplacement les moins coûteux est une façon pérenne de soulager les ménages », explique Emmanuel Rondia, directeur général du Conseil régional de l’environnement de Montréal.

Le CRE-Montréal souligne qu’un rééquilibrage du partage de la voirie est nécessaire pour rétablir l’équité entre les usagers des différents modes de transport. En distribuant le réseau de pistes cyclables sur l’ensemble du territoire, cette équité sera également territoriale alors que plusieurs secteurs moins centraux et notamment les parcs industriels sont actuellement en déficit d’offre.

« N’oublions pas que sur l’île de Montréal, 29% des ménages ne possèdent pas de voiture. Pourtant, on ne consacre qu’un maigre 2,2% de l’espace de voirie aux pistes cyclables et aux voies réservées pour bus. C’est 12 fois moins que pour le seul stationnement sur rue », rappelle Blaise Rémillard, responsable Transport et urbanisme au Conseil régional de l’environnement de Montréal.

La Vision vélo s’accorde également avec les cibles climatiques de Montréal. La Ville a pour objectifs de porter à 15 % la part du vélo dans les quartiers centraux d’ici 2027 et de réduire la part de l’auto solo de 25% d’ici 2050. Or, la part du vélo n'étant passée que de 4,2 % à 5 % entre 2013 et 2018, le CRE-Montréal demandait depuis plusieurs années à l'administration municipale d'accélérer la cadence pour atteindre les cibles.

« Montréal se donne enfin les moyens de ses ambitions en mobilité avec la Vision vélo. À l’image du succès du REV Saint-Denis, nous sommes convaincus que l’ensemble des secteurs concernés se trouveront grandement améliorés suite au déploiement de ce grand réseau de mobilité durable », conclut Emmanuel Rondia.

- 30 -

Pour plus d’informations:

Blaise Rémillard
Responsable Transport et urbanisme
514 880-4997 

Mots-clés: