Un automne sous le signe de la mobilité durable

Qu’on se le dise, cette 6e édition de J’embarque! Les rendez-vous de la mobilité durable - Île de Montréal se déploie dans un contexte bien particulier cette année. Alors qu’il y a un an, nous étions à la veille de la grève historique pour le climat du 27 septembre et dans l’attente de plans d’action climatique tant à Montréal que pour l’ensemble du Québec, la COVID-19 a fait faire plus d’un tour à la boussole des acteurs de la mobilité durable depuis le mois de mars dernier.

Une chose est sûre : nous devons plus que jamais être forts et audacieux afin de sortir hors des réflexes du 20e siècle, sans quoi l’urgence climatique sortira parfaitement intacte de la pandémie.

D’une rive à l’autre, pour une mobilité durable adaptée à tous les milieux

Qui ne rêve pas d’habiter dans un quartier vert où tout est accessible à moins de 15 minutes de marche ou de transport en commun, où nos commerçants nous reconnaissent et où tout  nous pousse à un mode de vie actif et sain? Voilà en somme le projet visionnaire des villes 15 minutes auquel la Ville de Montréal a adhéré à travers le C40 (Cities Climate Leadership Group).

Par contre, l’appropriation des objectifs de la mobilité durable en contexte d’urgence climatique et les stratégies à déployer emprunteront probablement différentes combinaisons de solutions et de priorités selon les milieux, particulièrement dans les pointes est et ouest de l’île de Montréal. Voilà pourquoi nous mettons l’accent cette année sur la mobilité durable dans l’Ouest-de-l’Île (West Island) et à l’est de l’autoroute 25, deux secteurs largement développés pour l’autosolo et qui feront l’objet de nombreuses transformations avec l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM) dans l’Ouest et le redéveloppement du Secteur industriel de la Pointe-de-l'Île (SIPI) dans l’Est.

La mobilité active pour relier les quartiers

Le déploiement des Voies actives et sécuritaires (VAS) et du Réseau Express Vélo (REV) n’a pas fini de faire couler de l’encre. La pandémie est un terreau fertile à la polarisation des débats et la vulnérabilité exacerbée de tout un chacun et entraîne sans doute un repli dans des positions conservatrices. Le transport actif ne peut à lui seul solutionner les défis préexistants et nouveaux du commerce de détail ou du centre-ville, il n’en demeure pas moins que ces nouvelles voies piétonnes et cyclables de grande qualité méritent toujours d’être soutenues et multipliées à la lumière de leur adoption par la population. 

N’en déplaise aux détracteurs, tant pour le commerce que pour la santé et l’environnement, les bénéfices sont au rendez-vous. L’ampleur et la rapidité du déploiement de cet été a sans doute exacerbé les tensions, mais nous sommes encore loin d’avoir le réseau complet qui incitera l’ensemble de l’île à devenir #Cyclotoute et qui nous permettra d’atteindre des parts modales à la hauteur des besoins. Vivement le parachèvement des phases 2 et 3 du REV et la pérennisation des VAS qui connaissent le plus de succès!  

Dans cet esprit, nous sommes fiers de présenter encore cette année plusieurs actions afin d’encourager les citoyens et les décideurs à poursuivre le développement d’infrastructures de mobilité active aux quatre coins de la ville. Joignez-vous à nous pour la pérennisation de la VAS sur Christophe-Colomb, la création d’un corridor vert et cyclable dans l’Est, de la promenade Bellerive jusqu’à la rivière des prairies, le développement de rues conviviales et la célébration du projet de dalle-parc Turcot

Dans ce dernier dossier, notre enthousiasme de constater le soutien unanime de tous les paliers de gouvernement n’a d’égal que notre impatience d’avoir des annonces concrètes concernant sa réalisation. Dans l’attente, on se rassemble ce samedi pour garder l’irrésistible projet de la dalle-parc Turcot bien actif! 

Souvent mis en compétition avec le développement des modes de transport durables, les stationnements demeurent également un point central de cette édition de J’embarque! avec le Park(ing) Day, qui revient pour une 9e édition. L’événement sera une nouvelle fois l’occasion de réfléchir de façon artistique à la place occupée par le stationnement souvent au détriment de la mobilité active, des espaces verts et des lieux publics.

Innover pour le transport collectif

Notre système de transport collectif a encore de dures épreuves devant lui. Nonobstant l’effet de la crainte exagérée de certains usagers de contracter la COVID-19 dans les transports en commun, notre système de transport collectif souffre d’une aide d’urgence insuffisante et handicapante. Pour ajouter au défi, avec une clientèle ayant des profils d’emploi plus susceptibles d’adopter le télétravail, les transports en commun devront faire de nouveaux adeptes pour remplacer celles et ceux qui auront dorénavant le choix de rester à la maison beaucoup plus souvent qu’avant. Un support beaucoup plus important de Québec est donc nécessaire afin de réaliser les investissements nécessaires pour faire de nouveaux adeptes du transport collectif (et que nous gagnions toutes et tous le Défi sans auto solo). C’était déjà ce qui devait être réalisé avant la pandémie. C’est maintenant plus urgent que jamais. 

Au chapitre de l’innovation, nous sommes heureux d’inclure les soirées d’information de l’ARTM sur le projet de refonte tarifaire. Ce projet qui fait l’objet d’une consultation publique vise à simplifier et unifier la tarification dans le Grand Montréal. C’est sans doute un point de départ vers de nombreuses autres discussions et innovations, pensons par exemple à la tarification sociale ou la mobilité intégrée. 

Pour ce qui est du futur de la mobilité durable, nous avons également été ravis d'inclure à notre programmation le Forum regards croisés : les navettes autonomes au Québec de Propulsion Québec qui se déroulait cette semaine. Le véhicule autonome en est encore à ses balbutiements, mais il a le potentiel de transformer la mobilité de façon majeure. Les récentes expériences québécoises de navettes autonomes confirment notre capacité de s’approprier cette technologie et d’envisager la place des navettes autonomes dans la mobilité de demain.

À plus court terme, le dossier de l’électrification des transports retiendra également notre attention lors de notre panel Électrification des véhicules : combiner mobilité et transition écologique à Montréal. Avec le concours d’experts variés, nous tenterons d’y préciser le rôle que peut jouer le véhicule électrique et les mesures à mettre en place par les différentes parties prenantes afin d’en arriver à une mobilité carboneutre d’ici 2050.

Finalement, l’innovation sera également au coeur du symposium annuel de la Chaire en transformation des transports les 23 et 24 septembre, pour un tour d’horizon de la science de la mise en oeuvre de la mobilité durable.  

Alors, allez y frénétiquement ou avec parcimonie dans cette nouvelle édition de J’embarque! Goûtez à l’enthousiasme et à l’expertise de la communauté de la mobilité durable montréalaise. Dans le confort de votre foyer, au bureau avec vos 25 % de collègues préférés, sur votre vélo ou dans le confort du deuxième étage d’un train banlieue, soyez des nôtres pour des Rendez-vous de la mobilité durable qui s’annoncent mémorables!

L’édition 2020 de la campagne J’embarque! Les rendez-vous de la mobilité durable - Île de Montréal est réalisée grâce au soutien financier de son partenaire influenceur, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), et de son allié, la Fondation du Grand Montréal.