Deux propositions qui ne doivent pas s’envoler avec Denis Coderre

Voilà maintenant près d’un mois que l’élection municipale a connu son dénouement. Après avoir identifié les dossiers prioritaires de la nouvelle administration, nous souhaitons dans ce numéro prendre le temps de célébrer le débat démocratique qui a précédé l’élection. Nous avons en particulier choisi de nous attarder sur deux propositions originales portées par l’équipe d’Ensemble Montréal. Ces deux propositions contribuent de façon très intéressante à la discussion sur l’aménagement d’une ville résiliente et durable et qui mériteraient, selon nous, d’être évaluées et adoptées par l’administration actuelle. 

Vision zéro : 100 intersections à sécuriser

L’emphase sur la sécurité routière de la plateforme dirigée par Guillaume Lavoie et Émilia Tamko est manifeste. La formation qui a lancé la Vision zéro (zéro mort et blessé grave sur le réseau routier en 2040), y livre un vibrant plaidoyer pour la sécurité des piétons en insistant qu’entre sécurité et fluidité, « [ils choisiront] toujours de protéger les plus vulnérables. » 

Parmi de nombreuses mesures évoquées, celle ambitieuse de sécuriser les 100 intersections les plus dangereuses se distingue de l’approche actuelle et mériterait d’être pleinement considérée afin de bonifier la Vision zéro.

À juste titre, les approches plus récentes en sécurité routière misent sur le caractère systémique du risque routier et tentent de s’éloigner d’une intervention basée sur les interventions ponctuelles. En ce sens, le plus récent État de la sécurité routière de Montréal disponible (2019), nous apprenait que 74% des collisions mortelles ou avec blessé grave surviennent à des endroits sans historique récent de collision. Les approches s’appliquant sur l’ensemble du territoire, comme la diminution de la vitesse, la conception sécuritaire des véhicules lourds ou des meilleures normes d’aménagement des rues, sont donc toutes indiquées pour prévenir des collisions sur l’ensemble du réseau.

Néanmoins, un certain nombre d'intersections tuent et brisent des vies sur une base quasi annuelle comme nous l’a récemment rappelé le triste décès survenu à l’angle des rues St-Pierre et Notre-Dame à Lachine, une intersection ayant fait 4 morts et blessés graves depuis 2016. La COVID nous a montré à quel point des aménagements temporaires peuvent être déployés rapidement quand on reconnaît l’urgence d’agir. Il y a donc tout à fait lieu d’allouer des ressources supplémentaires pour sécuriser ces endroits où on peut pratiquement prévoir l’occurrence de collisions. 

Sécuriser ces intersections qui regroupent généralement plusieurs facteurs de risque comme la complexité, la vitesse des véhicules et l’achalandage, aura également un effet d’apaisement important, notamment sur le réseau artériel où se sont déroulées 100% des collisions mortelles en 2019.

L’écofiscalité du stationnement

Une autre mesure a retenu notre attention : la mesure écofiscale du stationnement écoresponsable. Non seulement cette mesure met-elle de l’avant l’Attestation Stationnement écoresponsable que nous coordonnons depuis 2017, mais elle a le chic d’agir tant sur la rationalisation de l’offre de stationnement que sur la diminution des impacts des aires de stationnement et ce, à coût nul pour la ville.

Agissant comme un programme de remise-redevance (ou bonus-malus), cette mesure relativement simple consisterait à l’élargissement de la taxe foncière sur le stationnement à tous les stationnements commerciaux extérieurs de plus de 500 m2 (environ 20 cases), de créer un incitatif pour l’obtention d’une Attestation Stationnement écoresponsable et d’exempter les propriétés attestées de cette taxation. Ainsi les meilleurs choix seraient encouragés directement avec le compte de taxes des acteurs plus récalcitrants. Très efficace, pour peu de ne pas se limiter qu’aux stationnements commerciaux. 

Les aires de stationnement jouent un rôle reconnu pour favoriser la démotorisation des ménages et l’électrification des transports. Elles ont également un rôle important à jouer en adaptation aux changements climatiques afin de réduire tant les îlots de chaleur lors des canicules, que les refoulements d'égouts et les épisodes de surverses lors de pluies abondantes. Le mécanisme promu par Ensemble Montréal pourrait donc avoir un impact considérable sur l’atteinte des objectifs de lutte et d’adaptation aux changements climatiques. 

Ensemble pour une ville sécuritaire, résiliente et carboneutre! 

La campagne électorale est un exercice de débats et de confrontations parfois âpres. Mais cette dernière édition a tout de même permis de réitérer certains consensus montréalais fondamentaux pour l’atteinte de nos cibles environnementales, notamment en matière de mobilité. Les quatre prochaines années seront déterminantes et nous comptons sur l’expérience, la créativité et la proactivité de l’ensemble des partis représentés à l’hôtel de ville.