Namur-Hippodrome : Se donner les moyens de ses ambitions

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) présente ici à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) son avis sur la vision de développement proposée par la Ville de Montréal pour le secteur Namur-Hippodrome.

Le CRE-Montréal s’intéresse depuis déjà plusieurs années au potentiel d’aménagement durable du secteur Namur-Hippodrome et, plus largement, à celui du secteur de planification stratégique Namur-De la Savane :

  • À la faveur de nos contacts depuis de nombreuses années avec les Amis du Parc Meadowbrook et de notre implication sur la Table de concertation du parc du Mont-Royal (depuis 2005), nous apprécions le potentiel du secteur Namur-Hippodrome au regard de la connectivité écologique à grande échelle, puisqu’il est stratégiquement situé au carrefour de voies ferrées pouvant agir comme corridors de dispersion des espèces.
  • En 2014, nous organisions une conférence à la Maison du développement durable sur l’agriculture urbaine, au cours de laquelle le site de l’ancien hippodrome a été présenté comme un site stratégiquement positionné pour l’implantation de l’agriculture urbaine à grande échelle.
  • À la fin de l’année 2018, dans le cadre de la consultation publique au sujet du mégaprojet commercial Royalmount, nous avons exprimé notre vif désaccord par rapport à la vision de développement proposée par le promoteur Carbonleo. Nos principales inquiétudes se rapportent aux enjeux de congestion routière, d’intégration de la mobilité collective et active, et d’inscription du projet dans l’écosystème plus large des offres commerciales et de logements des secteurs adjacents. Dans la foulée de cette consultation, nous avons formé, avec plusieurs représentants des milieux d’affaires, écologistes, universitaires, professionnels, institutionnels et citoyens mobilisés, une coalition contre la réalisation du mégaprojet Royalmount dans sa forme actuelle.

Cette diversité de perspectives nous confère une vue d’ensemble sur le secteur Namur-Hippodrome et son inscription au cœur de matrices plus larges : le secteur de planification stratégique Namur-De la Savane, certes, mais aussi les réseaux de mobilité collective et active, de même que la trame verte et bleue montréalaise.