Le REM dans l’Est : Un projet porteur dont le succès repose sur une intégration harmonieuse dans le tissu urbain

Montréal, le 15 décembre 2020 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) accueille positivement l’annonce du prolongement du Réseau express métropolitain (REM) vers l’est et le nord de l’île de Montréal. Le projet présenté ce midi par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) représente une avancée majeure en matière de transport collectif et de mobilité durable pour la métropole. Plus particulièrement, c’est une réponse tant attendue pour un secteur de l’île où les besoins en mobilité durable sont criants.

« L’arrivée d’un transport structurant pour l’Est va changer toute la dynamique de développement et de revitalisation de l’Est, se réjouit Blaise Rémillard, responsable transport et urbanisme au CRE-Montréal. Jusqu’ici l’Est et le Nord-Est étaient enclavés et dépendants de l’automobile. Avec le REM, on peut s’attendre à une transition vers un aménagement plus dense, incluant de vastes zones à redévelopper dans le Secteur Industriel de la Pointe-de-Île. En réduisant la dépendance à l’automobile dans ces secteurs, le REM peut contribuer à une qualité de vie renouvelée et aux efforts de réduction des émissions de GES. »

Un projet qui se doit d’être exemplaire

Il est essentiel pour le CRE-Montréal que l’implantation du REM de l’Est ne se fasse pas au détriment de la qualité des milieux de vie et de travail mais vienne au contraire l’augmenter. Il faudra entre autres éviter que le projet crée des barrières à la mobilité active dans les quartiers traversés ou enclave des secteurs d’un territoire déjà morcelé.

« L’intégration harmonieuse du projet dans les milieux de vie et de travail va être la clé du succès du projet, ajoute Emmanuel Rondia, directeur général du CRE-Montréal. Le REM de l’Est devra s'insérer dans le tissu urbain sans dégrader les qualités paysagères, dévaloriser les sites patrimoniaux ou d’intérêt architectural, et bloquer les vues sur le fleuve et les autres points d’intérêt. »

De la conception à l’exploitation, le projet devra adopter les meilleures pratiques de gestion et d’aménagement (ex. contrôle du climat sonore). La stratégie de stationnement sera aussi déterminante dans l’insertion du projet dans les milieux de vie et son succès comme outil de lutte à l’étalement urbain. En minimisant le stationnement incitatif, le REM offrira un accès optimal aux stations en transport actif et collectif. Cette stratégie évitera aussi aux automobilistes de s’établir encore plus loin de Montréal grâce au gain de temps majeur dans les déplacements qu’offriront ces deux nouvelles branches du REM.

Le CRE-Montréal invite la CDPQ Infra à consulter et à impliquer activement les différentes parties prenantes dès le début du projet. Cette concertation constitue un des éléments incontournables afin d’assurer une intégration adéquate, dans le respect des meilleures pratiques de responsabilité sociale des entreprises.

 

--30--

 

À propos du Conseil régional de l’environnement de Montréal

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) est un organisme de bienfaisance indépendant, consacré à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable sur l’île de Montréal depuis 1996. Par le regroupement et la concertation de ses membres, par ses activités de sensibilisation, de représentation publique et ses différents projets-action, il contribue à l’amélioration de la qualité des milieux de vie et de l’équité sociale sur l’île de Montréal. www.cremtl.org

Pour plus de renseignements

Caroline Gosselin
Coordonnatrice des communications et des événements
CRE-Montréal
cgosselin@cremtl.org
514-842-2890, poste 3422
438-488-9264