Rapport de la consultation publique sur le nord de l’Île-des-Soeurs

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a récemment publié son rapport de consultation publique sur le projet de programme particulier d’urbanisme (PPU) de la partie nord de l’Île-des-Sœurs. Nous sommes heureux de constater que ce rapport reprend plusieurs des idées exprimées dans notre mémoire qui prônait le développement cohérent d’un quartier axé sur la qualité de vie et la résilience. 

Les commissaires ont ainsi intégré à leur rapport une citation tirée de notre mémoire qui traite de l’importance de mieux définir le projet de TOD (Transit-Oriented Development) et sa relation à un ensemble urbain plus vaste : « Nous recommandons à la Ville d’identifier plus précisément les orientations économiques à privilégier dans le secteur nord de l’Île-des-Sœurs dans le double objectif de développer l’identité propre à ce TOD et d’assurer sa résilience sociale et économique à travers sa complémentarité aux pôles d’emploi et de commerce voisins ». 

Plusieurs recommandations de la commission font écho directement aux nôtres. Tout d’abord, la recommandation #12 de l’OCPM, qui appelle à « analyser et identifier les zones riveraines les plus écosensibles requérant des aménagements particuliers de protection et de mise en valeur afin d’assurer une saine cohabitation des usages récréatifs et de conservation » est la reprise textuelle d’une de nos recommandations. La recommandation #9, qui demande de produire immédiatement une planification des parcs et des espaces verts visant à assurer leur interconnectivité de même qu’une diversité de fonctions (« récréatives, sportives, de détente, patrimoniales, culturelles et de conservation »), rejoint également nos idées.

En matière de mobilité, la Commission recommande, entre autres choses, de : 

  • relier Verdun et l’Île-des-Sœurs par un pont réservé aux véhicules d’urgence, aux autobus, aux cyclistes et aux piétons; 
  • améliorer significativement l’offre de transport collectif sur l’île (la création d’un TOD ne pouvant pas reposer uniquement sur la future station du REM);
  • exiger des entreprises qu’elles développent des plans de gestion des déplacements; limiter significativement la création de nouvelles cases de stationnement; 
  • faire de la future gare du REM un carrefour multifonctionnel et multimodal. 

Nous suivrons avec intérêt les prochaines étapes de ce dossier.

Google plus LinkedIn Twitter print