Projet de la place Shamrock

Le CRE-Montréal était présent au dévoilement de la future Place Shamrock qui s’est tenu mi-mai. A cette occasion, le CRE-Montréal s’est entretenu avec le Maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, au sujet de l'aménagement du nouvel espace public. 


 

1) Pouvez-vous nous dire brièvement en quoi consiste ce projet ?

Cet été, les citoyens de l’arrondissement pourront laisser libre cours à leur imagination en s’appropriant un tout nouveau lieu public situé dans la Petite Italie : la place Shamrock. Il s’agit en fait d’une initiative municipale dont l’objectif est de créer un espace contribuant à l'animation et à l'amélioration du milieu de vie par les citoyens. De plus, elle vise à renforcer le lien entre le marché Jean-Talon et le boulevard Saint-Laurent, deux éléments identitaires du quartier et de Montréal.

La logique d’intervention s’appuie sur plusieurs courants urbanistiques qui connaissent du succès sur la scène internationale (urbanisme tactique; mouvements « Open Streets » et « Placemaking ») et qui ont permis d’aboutir à un concept proposant des interventions minimalistes, originales, peu onéreuses et évolutives :

1.    fermeture d’une voie de circulation et mise à sens unique de l’avenue Shamrock vers l’ouest afin d’accroître la superficie de l’espace piéton;

2.    réalisation d'un marquage au sol distinctif;

3.    aménagement de terrasses publiques proposant des balancines, des bacs de plantation et des banquettes;

4.    installation d'un carrousel gratuit dont le mécanisme fonctionne manuellement;

5.    installation de mobilier et d’accessoires amovibles (bancs, chaises bistros, guirlandes de fanions, bacs de plantation, etc.) pouvant être déplacés lors d’événements spécifiques.

 

2) En quoi ce projet illustre un changement dans les pratiques d'aménagement ?

Le projet de la place Shamrock vise à maximiser le potentiel d'utilisation et à mettre en valeur des propriétés municipales, le tout en permettant l’utilisation de la voie publique à d’autres fins que la circulation automobile. De plus, les interventions de l'arrondissement sont peu onéreuses et visent la mise en place de conditions encourageant l’appropriation des lieux par les citoyens (équipements de sociabilité, installation interactive, etc.) et les OBNL présents sur le territoire de la Ville de Montréal. Pour finir, le projet de la place Shamrock est conçu et coordonné entièrement par les différentes directions de l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Enfin, il a été présenté à ses partenaires, soit  la Société de développement commercial Petite-Italie - Marché Jean-Talon, la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal et la Société de développement environnemental de Rosemont qui ont tous appuyé sa réalisation.

 

3) Pouvez-vous donner quelques exemples de projets qui s'y apparentent ?

L'élaboration de la place Shamrock s’est inspirée de plusieurs mouvements internationaux et d’interventions déjà réalisées ailleurs dans le monde, notamment :

  • la piétonnisation de plusieurs rues et croisements à New York (Times Square et Broadway entre la 48th St et la 33th St);
  • les initiatives de terrasses publiques (parklets) implantées à Vancouver et San Francisco;
  • les initiatives de ruelles vertes à Montréal;
  • la piétonnisation estivale de plusieurs rues montréalaises (rue Sainte-Catherine, rue Saint-Paul, etc.).

 

4) Quels sont les facteurs de réussite d'un tel projet ?

La réussite d’un tel projet dépend entre autres :

  • du niveau d’adhésion et d’engagement des partenaires, tant dans l’élaboration, le développement et la consolidation du projet sur le territoire;
  • de la mobilisation de la population quant à l’utilisation et à l’animation spontanée de l’espace public et de celle des partenaires quant à l’organisation d’événements planifiés;
  • de la volonté de l'arrondissement et des mesures prises afin faciliter la tenue d'événements publics par les partenaires, dans le respect du domaine et de l'ordre publics;
  • de la prise en compte de la réalité du milieu où une telle initiative est déployée;
  • de la bonne gestion des différentes équipes internes de l’arrondissement et des services centraux.

 

5) Qu'est-ce que les décideurs et les urbanistes pourraient retenir de ce projet afin de s'en inspirer, notamment par rapport à la qualité des milieux de vie ?

Tout d’abord, le  projet de la place Shamrock est élaboré presqu’entièrement par les équipes de l'arrondissement. De ce fait, la conception de projets d'espaces publics novateurs peut être réalisée en valorisant les ressources internes.

Aussi, avec un budget de 182 000 $, il est possible de réaliser des interventions efficaces permettant de créer un nouveau lieu d'expression et d’interactions pour les citoyens, le tout en bonifiant le verdissement et en diminuant l’espace de circulation automobile.

De plus, il est important de mentionner que le projet de la place Shamrock, conçu par l’arrondissement, a été présenté et validé par l’ensemble des partenaires concernés, notamment la Société de développement commercial Petite-Italie - Marché Jean-Talon, la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal et la Société de développement environnemental de Rosemont. Une soirée d’information publique a également été organisée en vue de présenter le concept d’aménagement et la philosophie du projet à la population.

En terminant, par la mise sur pied du projet de la place Shamrock, l’arrondissement intervient sur le domaine public en aménageant l’espace et en proposant des équipements qui encouragent son animation par les citoyens et les organismes à but non lucratif.